The End…

Cette fois-ci ça y est. Nous y sommes vraiment, de retour au Marin.

Alors que dire ? Comment conclure ?!

Evidemment nous ne pourrons pas couper à aligner quelques chiffres : prés de 2 900 miles parcourus, environ 180 nuits au mouillage, une dizaine de nuits en navigation, une dizaine de pays à qui nous avons rendu visite, 56 îles sur lesquelles nous avons débarqué pour 1 heure, 1 jour, 1 semaine ou 1 mois, quelques photos emmagasinées… Nous pourrions probablement développer encore ce petit inventaire à la Prévert.

Au-delà de ces quelques chiffres, le sentiment actuel le plus prégnant est que nous sommes heureux. Heureux d’avoir osé cette idée de voyage au long cours il y a un peu plus de 2 ans, heureux d’avoir vaincu les doutes qui nous ont traversés l’esprit pendant la phase de préparation et surtout heureux d’avoir réalisé ce projet comme nous l’avions souhaité et dans de bonnes conditions.

Pendant ces quelques mois, nous avons pu vivre la mer et le temps, casser le rythme de notre quotidien bien réglé, ressentir des émotions, faire des rencontres, se découvrir dans des conditions différentes. Dans ce monde où nous avons parfois le sentiment que tout s’accélère dans des directions multiples pas toujours très claires et parfois peu réjouissantes, nous avons vécu notre petite parenthèse à notre rythme en profitant au maximum de notre liberté de temps et d’espace. Cette dimension si appréciée restera sans doute pour moi, un des éléments marquants de ce voyage.

Mon équipage de choc, m’a également beaucoup impressionné. Au cours de ces quelques mois, nous avons rencontré quelques conditions un peu difficiles où le seau a été largement mis à contribution… Dans ces moments-là, pas une seule fois je n’ai entendu de pleurs ou de crises de lassitude. Chacun a su gérer sa petite affaire au mieux des conditions du moment s’appuyant sur une Maman au top de la logistique ! De façon masochiste, j’ai été heureux que nous puissions être confrontés à ces quelques difficultés qui ont ainsi mieux fait ressortir le plaisir des belles navigations que nous avons également vécues. Sans entrer dans des considérations simplistes, caricaturales ou clichées, la mer est une belle école qu’il est intéressant de vivre à tout âge de la vie.

Ni trop jeunes, ni trop vieux, nos 3 ptits loups ont su pleinement profiter de ces quelques mois de vadrouille. Ca a été un bonheur de les voir évoluer et grandir pendant cette parenthèse. Aussi à l’aise sur que sous l’eau, ils ont tous les 3 vécu à fond le bonheur du soleil, de la mer et du vent. Nous verrons bien comment cette expérience les aura marqués ou influencés dans les années à venir.

Naviguer sous ces latitudes sur un bon cata est évidement une chance et un plaisir immense. Mais la vie sur un bateau impose également quelques contraintes que nous appréhendons mieux. La promiscuité, la vie en cercle clos pendant des périodes plus ou moins longues, les cours à assumer, l’éloignement des proches sont quelques-uns des aspects parfois plus pesants qui remplissent le quotidien de la vie au long cours. Ce sont donc également autant de bonnes raisons qui font que nous ne seront pas malheureux de rentrer !

Avant de se lancer dans la préparation de notre premier congé sabbatique, jamais, je ne pensais que nous le ferions. Avant de se lancer dans la préparation de notre second congé sabbatique, jamais, je ne pensais que nous le ferions. Une chose est sûre aujourd’hui, jamais plus je ne penserai, jamais…

Bonne fin d’été à tous !

2

 

Sponsored Post Learn from the experts: Create a successful blog with our brand new courseThe WordPress.com Blog

WordPress.com is excited to announce our newest offering: a course just for beginning bloggers where you’ll learn everything you need to know about blogging from the most trusted experts in the industry. We have helped millions of blogs get up and running, we know what works, and we want you to to know everything we know. This course provides all the fundamental skills and inspiration you need to get your blog started, an interactive community forum, and content updated annually.

Back in Martinique…

Cette semaine nous avons eu le plaisir d’accueillir à bord pendant quelques jours des amis de passage. Après avoir embarqué Coq et Christel à St François sur la côte Sud-Est de la Guadeloupe, nous avons fait route vers l’anse Canot à Marie Galante. Beau mouillage paisible d’une petite île un peu mise à l’écart des routes de visites traditionnelles de la région. Nous avons ensuite mis le cap sur les Saintes où nous avons passé 2 jours assez humides…

Cette étape a également marqué pour nous la fin de notre boucle, puisque nous étions déjà passés par ici mi-mars. Désormais nous revenons sur nos pas !

Après avoir déposé notre équipage de passage au Gosier, en Guadeloupe, nous sommes restés 24h de plus pour laisser passer la fin d’une ondée tropicale. Nous avons enregistré des rafales à 32 nœuds au mouillage pendant la journée et Elo en a même enregistré une à 43 nœuds pendant la nuit. Abrités derrière notre barrière de corail et l’îlet du Gosier, le bateau n’a pas bougé et nos voisins non plus…

Une fois la météo assagie, nous nous sommes mis en route vers la Martinique en passant rapidement par la Dominique où nous nous sommes arrêtés pour la nuit. Pendant ces dernières belles navigations, les différentes images marquantes du voyage ont commencé à se rappeler à nous et les souvenirs encore frais à s’égrener. Ces images vont certainement continuer à nous accompagner pendant quelques années encore…

Arrivés au Robert, sur la côte sauvage de la Martinique, nous avons eu le plaisir de retrouver 6gone, le bateau Isséen que nous avions rencontré aux îles vierges et que nous avions quitté il y a un peu plus d’un mois. Il n’a pas fallu 5 mn pour que tous les enfants soient à l’eau comme au bon vieux temps !

Au niveau pêche, le sujet est toujours aussi sensible ! Pour nous donner toutes nos chances, nous n’avons pas encore vendu notre matériel malgré de nombreux contacts sur le bon coin !! Le choix a failli être payant puisque nous avons pêché et ajouté à notre collection 3 beaux spécimens de Baracuda, dont 2 lors de notre navigation de samedi qui ont subi le même traitement que les précédents : rejet à la mer pour cause de risque de ciguatera.  C’est très frustrant car Elo passe beaucoup de temps à remonter la ligne pour y détacher les fameux hérissons d’algues et maximiser nos chances de faire de vraies prises que l’on espère à chaque fois comestibles ! Bilan mitigé pour la pêche avec 5 baracudas, un thazard, une bonite et un pagre vinaneau. Mais ce bilan s’est enrichi hier ! En chassant avec Anne-Maxence de 6gone, j’ai pris ma première langouste et un joli crabe. Avec les 2 langoustes en plus prises par Anne-Maxence le matin, nous avons partagé un bon ptit dîner !

Les réserves de bouffe s’amenuisent, la collection de photos et de films n’a jamais été aussi grande, nous avons vendu le paddle et le drone, les premiers rendez-vous à Paris commencent à remplir l’agenda… Mais que cela signifie donc ??!! 🙂

Guadeloupe, nous voilà !

Nous avons continué notre découverte d’Antigua en allant nous promener du côté de Green Island sur la côte Est de l’île. Cette navigation a eu un côté émotionnel assez fort car c’est d’ici que le fameux SMS émis dans la nuit du 5 décembre a été envoyé par le propriétaire du bateau initial que nous devions louer. L’arrivée dans cette baie peut se faire par 2 passes dont l’une d’elle est selon les instructions nautiques, « réservée, par beau temps et bonne visibilité, aux initiés et à proscrire en arrivant du large ». Nous avons donc respecté à la lettre les instructions indiquant le passage par la seconde passe qui nous a permis de prendre notre mouillage sans encombre, malgré une visibilité réduite du fait d’un gros grain.

Nous avons découvert dans cette belle baie un magnifique site de snorkelling rempli de langoustes et de beaux poissons. J’ai attrapé une langouste par une de ses antennes, malheureusement, celle-ci a donné une grosse impulsion avant que je ne puisse la prendre par le corps et a réussi à se faire la malle… Je me suis vraiment maudit de ne pas avoir acheté le harpon que nous avions vu à St Barth en pensant que nous n’aurions plus trop l’occasion de chasser…

Nous sommes ensuite revenus à English Harbour pour effectuer nos formalités de sortie avant de mettre le cap plein Sud sur la Guadeloupe. Belle navigation d’une quarantaine de miles où le bateau, avec la GV à un ris, a avancé autour de 9 nœuds de moyenne. Pour fêter notre retour dans les eaux guadeloupéennes, la canne s’est mise à frétiller quelques miles avant d’arriver ! Malheureusement, ce que nous craignions et que nous avons déjà connu s’est encore produit… nous avons repris un barracuda que nous avons donc rejeté à la mer. Grosse déception d’Elo qui se bat comme une acharnée depuis quelque temps pour nous sortir une baleine ! Elle vide chaque jour un peu plus la mer de ses algues…

Arrivés en Guadeloupe, nous avons mouillé en premier lieu à Deshaies sur la côte Nord-Ouest du papillon. Au petit matin, Martin est allé nous chercher en annexe 2 baguettes bien fraîches et croustillantes… Avec un peu de miel, nous aurions pu retrouver les petits déjs gargantuesques que nous avons l’habitude de faire le WE !

Nous en avons également profité pour louer une voiture et aller faire un petit tour du côté de Basse Terre. Au programme, accrobranche, balades dans la forêt équatoriale et sa boue toute fraîche suivie d’une petite baignade en rivière. Nous avons ensuite continué notre petite descente vers le Sud pour aller mouiller sous le rocher Malendure, à la frontière de la réserve Coustaud où nous avons « snorké » dans les eaux chaudes et cristallines autour de l’ilet Pigeon…

Gros kiff à Barbuda !

Nous avons vraiment eu un gros coup de cœur pour cette belle petite île de Barbuda, pour ses plages et sa tranquillité. Après 3 jours passés à l’Ouest de l’île, nous avons bougé de quelques miles pour aller prendre un second mouillage un peu plus au Sud. La saison cyclonique ayant commencé début juillet, nous sommes maintenant en basse saison pour la plaisance ce qui réduit très sensiblement la densité touristique. Les rares hôtels de l’île sont fermés.

Après avoir croisé 2 bateaux lors de notre arrivée dans le mouillage de Cocoa Bay, ces derniers nous ont rapidement quittés, nous laissant seuls face à cette plage immense et magnifique… Un joli couché de soleil et un apéro tranquilou sur le sable blanc nous ont facilement convaincus de rester un peu plus longtemps que prévu sur cette belle île carte postale. Encore une fois, le luxe du temps et de l’espace s’est offert à nous, et nous en avons bien profité !

Après une semaine à Barbuda, nous avons fini par nous en aller samedi matin, direction Antigua, située à environ 30 miles au Sud-Ouest. Pour la première fois depuis la République Dominicaine, nous avons rejoint une île située plus à l’Ouest donc ne nécessitant pas de remonter au vent. La navigation est plus facile et agréable. Les enfants se sont relayés à la barre pour mener le bateau dans des conditions idéales.

Arrivés à Antigua, nous avons fait un peu de snorkelling sur une épave faiblement immergée à Deep Bay et avons également essayé la chasse à la langouste « à mains nues » !! Nous en avons repérées 2 ou 3, ce qui est un bon début… Mais malheureusement, sans harpon, c’est un peu compliqué d’aller les chercher au fond de leurs trous qui sont par ailleurs souvent entourés de coraux urticants.  On a bien essayé avec une fourchette à barbeuc, mais sans grand succès… Au niveau pêche, Elo est au taquet et ne lâche rien ! A peine avons-nous envoyé les voiles que la ligne est à l’eau, mais quand ça ne veut pas…

Hier, après une navigation d’environ 3h dans des conditions un peu plus musclées, nous avons rejoint le mouillage d’English Harbour situé au Sud de l’île. Abris naturel idéal qui fut le repaire de Nelson et de la Royal Navy il y a quelques siècle, il est aujourd’hui devenu un haut lieu de la plaisance Antiguaise. Malheureusement compte tenu de la période, l’activité est quasi nulle. Il faudra y revenir un peu plus tôt, un peu plus tard…

Nuit de rêves !

(Post publié avec quelques jours de retard pour cause de non connexion…)

Après 2 petites balades sur St Martin, dont une nous a menés au point culminant de l’île, le Pic Paradis à 420m, nous avons passé quelques jours sur l’île de Tintamarre située à quelques miles de la côte Est. Nous avons ensuite mis le cap sur St Barth, la fameuse !  Après quelques balades exploratoires, nous n’avons pas coupé à la petite promenade réglementaire de Gustavia pour s’assurer que toutes les plus grandes marques de luxe étaient bien présentes : elles le sont ! Vu les prix, l’immobilier a l’air en pleine forme également…

Sentiment un peu étrange toutefois quand les tarifs pour faire une clearance de sortie varient du simple au double d’un jour sur l’autre et que les prestations facturées ne cadrent pas franchement avec la situation déclarée… Sentiment étrange encore, quand dans un bar dont le ticket moyen doit être de plusieurs dizaines d’euros, on nous indique : « on ne prend pas la carte »… Une lessiveuse fonctionnant au black sur une île où les résidents ne paient pas d’impôts mais collent des taxes dans tous les sens aux plaisanciers de passage: efficacité « économique » redoutable, mais générant subrepticement comme une envie pressante… de s’en aller !

Nous avons donc mis les voiles dans la nuit de samedi à dimanche direction Barbuda située à environ 70 miles au Sud-Est et avons vécu une nuit de rêves ! Tous les éléments  ont été réunis pour savourer ce qui devrait être notre dernière nuit de navigation… La lune, pleine, était cette fois-ci bien là pour nous éclairer. Le ciel sans nuages nous a permis de naviguer sous une magnifique voute céleste. Le vent, entre 12 et 15 nœuds, a fait glisser le bateau sans effort sur une mer paisible. Les écouteurs bien calés dans les oreilles, j’aurais pu aller au bout du monde ! Sentiments de plénitude assurément ! Par ailleurs, les prévisions météo se sont révélées être parfaitement en ligne avec la réalité. Les vents orientés plein Est dans une première partie de la nuit ont ensuite tourné de 90°, virant plein Sud. Nous avons donc commencé par faire une route plein Sud, puis une fois arrivés à la latitude de Barbuda, nous avons viré vers 5h pour faire route directe sur notre destination où nous sommes arrivés vers 14h.

Pendant cette belle navigation, nous avons eu l’occasion de faire une manœuvre de « drone à la mer » en cas réel ! Les vents faiblissants en fin de matinée, nous nous sommes aventurés à le lancer alors que nous étions toutes voiles dehors. Le bateau avançait autour de 4 à 5 nœuds. Après quelques photos, ce qui devait arriver, est arrivé… nous avons quasiment perdu le drone de vu. Seul Martin parvenait encore à le pointer du doigt. L’adrénaline est encore montée d’un cran lorsque l’alarme de portée indiquant que le signal entre le drone et la télécommande était en train d’être perdu, s’est mise à sonner… Nous avons alors procédé comme pour un homme à la mer par temps calme. Nous avons rentré la voile d’avant, mis en route les moteurs, bordé la GV au centre, évité de prendre nos deux lignes de pêche dans les moteurs et sommes allés à la rencontre de notre drone que Martin pointait attentivement. Après quelques minutes, nous l’avons finalement retrouvé et fait atterrir de façon assez Rock’n roll sur le bateau. Plus de peur que de mal pour cette fois-ci…

Barbuda, comme Anegada, est une île très plate. En mer, il est très facile de passer non loin sans la voir. Peuplée d’environ 1 000 habitants, l’île est très peu fréquentée par les plaisanciers. Nous avons dénombré 2 bateaux sur une côte de sable blanc d’environ 10km… Nous mouillons donc seuls, face à une magnifique plage qui fait également office d’isthme entre la mer et le large lagon intérieur qui occupe une grande partie de la superficie de l’île. Cet isthme, large d’une trentaine de mètres sur sa partie la plus étroite peut permettre de tirer l’annexe pour la faire passer dans le lagon et aller rejoindre Codrington, « capitale » de l’île où se réalisent les formalités d’entrée. Afin d’éviter la fastidieuse tâche d’enlever le moteur, tirer l’annexe, remettre le moteur, traverser le lagon puis refaire la même manip en sens inverse nous avons décidé de la jouer différemment ! Ayant mouillé au sud du lagon, nous avons décidé d’aller à Codrington à pied. Grande idée !! Hier matin donc, après avoir traversé l’isthme et son sable fin, nous avons tracé notre chemin en marchant le long du lagon/mangrove. Nous avons eu le plaisir sur quelques passages, de nous enfoncer pieds nus quasiment jusqu’au genou dans de la vase bien odorante… Toute la famille a adoré !! Après quelques errements, nous avons ensuite fini par trouvé un chemin au milieu d’une végétation très sauvage. Une fois la civilisation retrouvée, nous avons pu être pris en stop à l’arrière d’un pick-up pour finir notre parcours aller. Après avoir effectué la clearance et englouti une banane, un bout de pain et un Mars en guise de déjeuner, nous nous sommes remis en marche pour notre périple retour d’environ 2 heures et demie… Aurait-il été plus rapide et moins fatiguant de rejoindre Codrington en annexe ?! Oui certainement ! Mais quid alors du plaisir de vivre cette petite aventure ?!

Au niveau pêche, comment dire… ?! Les oiseaux se sont ligués contre nous ! Après avoir reluqué notre leurre rose fluo pendant quelques temps, ils se sont finalement décidés à aller le chasser ! Nous avons donc eu le délicieux spectacle de voir notre hameçon voler dans les airs… Le retour des écailles à bord ne semble pas gagné ! Un peu dépités, hier, nous avons ressorti le barbeuc pour y faire… une bonne grillade de saucisses !

Frustrations et grands bonheurs !

Après quelques jours passés avec nos 3 bateaux copains, sur la côte nord de St John, toute la ptite caravane s’est déplacée sur la côte sud-ouest de l’île, dans un lieu prédestiné : « Rendez-vous bay ». Mouillage tranquille où nous étions déjà venus il y a une quinzaine de jours, nous y sommes donc retournés avec plaisir. Comme lors de notre premier passage, nous avons été les seuls à mouiller dans cette baie un peu oubliée par les autres plaisanciers de la région.

Outre le fait de changer de mouillage, l’un des objectifs était également de sortir du parc naturel de façon à ce que Seb (Captain d’Artémis) puisse se remettre à chasser et nous y initier. Quelques jours plus tôt, nous l’avions entendu lancer qu’il se verrait bien ramener une langouste par tête pour fêter le changement de dizaine de l’une d’entre nous… Je dois bien avouer que j’étais relativement dubitatif face à cet ambitieux objectif …

Lundi matin nous nous sommes donc mis à l’eau. Seb, armé de son fusil harpon et de sa lampe de poche, s’est mis à la tâche. Après une bonne heure et demie passée dans l’eau, sa bourriche est ressortie lestée de 2 ou 3 langoustes et quelques poissons de taille modeste. Bien, mais pas tout à fait suffisant pour atteindre l’objectif annoncé ! Nous y sommes donc retournés l’après-midi. Cette fois-ci, gros carton ! Seb a rajouté une dizaine de langoustes ainsi que quelques beaux poissons. Objectif atteint et dépassé ! Nous avons partagé une belle soirée d’anniversaire sur 6gone en faisant honneur à la pêche du Patron, par ailleurs fin cuistot !

En ce qui me concerne, j’ai vraiment apprécié la découverte de cette nouvelle activité. J’ai même réussi à repérer mes premières langoustes et un joli mérou. La chasse sous-marine, est une activité qui se pratique en apnée. Il faut donc gérer son effort pour commencer par chercher et débusquer ses cibles, puis le cas échéant, organiser le tir avec le fusil et la flèche. Expérience à renouveler…

Mardi matin, après avoir fait notre tournée d’adieux, nous avons mis le cap sur St Martin. Après un mois passé dans ces îles vierges qui ont vraiment été à la hauteur de nos attentes, il était temps pour nous de nous remettre en route et commencer à incliner notre cap au sud-est. Sur le papier, St Martin se situe en route directe à une centaine de miles de St John. En réalité, compte tenu des vents orientés légèrement Nord- Est, nous avons dû parcourir environ 165 miles pour rejoindre la baie de Marigot à St Martin après une belle navigation d’un peu plus de 28 heures. Nous avons pris beaucoup de plaisir à tirer nos bords dans des vents de 15 à 20 nœuds. Toutes les 6 heures environ, nous avons effectué un virement pour nous recaler sur notre cap et ne pas filer directement en Martinique ! Nous sommes maintenant bien rodés dans l’organisation de nos nuits. Martin commence par le premier quart de 19h à 21h30 avec son Papa en stand-by, puis nous nous relayons avec Elo jusqu’au petit matin. Bonhomme vient alors reprendre la barre vers 6h30, lorsqu’il est réveillé… Une fois encore, nous avons navigué sans lune, mais sous un beau ciel étoilé et sans grains.

Deux ptites frustrations toutefois pendant cette nav… La première est que compte tenu du faible ensoleillement de la journée, nous n’avons pas pu générer suffisamment d’énergie pour faire face à notre consommation. Même si nous n’avons utilisé le pilote ni pendant la journée, ni pendant la nuit, il a fallu que nous mettions les moteurs en route environ 2h au milieu de la nuit afin de regonfler nos batteries. Pollution énergétique et sonore frustrante. Belle éolienne, si tu avais été là cette nuit, tu aurais été notre amie !

Second point de frustration : la pêche !! A peine après avoir quitté St John, nous nous sommes empressés de mettre à l’eau nos lignes révisées par Maître Seb ! Le début de la journée a été calme. Au cours de l’après-midi, nous avons soudain vu le moulinet s’agiter et la canne largement se courber. Clairement, cette fois-ci il ne s’agissait pas d’un hérisson d’algues. Malheureusement après quelques sensations fortes, la canne s’est redressée. Une fois la ligne remontée, nous avons constaté que tout le bas de ligne avait disparu. Martin ! Au boulot, il faut en reconstruire un nouveau ! Quelques heures plus tard, rebelotte, avec la seconde canne… Le lendemain matin, alors que nous n’étions plus très loin de St Martin, le moulinet s’est à nouveau agité… Cette fois-ci, la ligne n’a pas cédé, et nous avons, petit à petit, aperçu un beau poisson sortir de l’eau. Malheureusement une fois remonté sur le pont, nous avons pu confirmer ce que nous craignons : il s’agissait d’un Baracuda, espèce ayant une forte probabilité d’être porteur de la Ciguatera, qui génère, une fois le poisson ingéré, une intoxication pouvant être assez sérieuse. Nous avons donc déshameçoné puis rejeté le poisson à l’eau. Frustrant de passer si près du but sans transformer… Mais on continue à y croire, on a même racheté du vin blanc pour fêter nos prochains succès, c’est tout dire !!

Au sujet des grands bonheurs, outre les belles chasses, les soirées festives très sympas et les navigations plaisirs, nous avons… avitaillé ! Je crois que nous n’avons jamais été aussi heureux de nous rendre dans un supermarché français. Ca faisait plusieurs semaines que nous en parlions régulièrement… Gruyère râpé, lardons and french yogourts are back on board !! So great !! Même si le chemin pour se rendre et surtout revenir du supermarché est long et fastidieux, c’est un vrai plaisir de retrouver tous ces aliments au fond du frigo et du congélateur !

 

Farniente aux VI…. !

De retour d’Anegada, nous sommes paisiblement redescendus autour de l’île de Tortola, île principale des BVI. Le périmètre de toutes ces îles étant assez restreint, les navigations à la voile sont peu nombreuses et courtes. Nous avons donc eu beaucoup de plaisir à naviguer quelques heures en finissant par louvoyer entre quelques petites îles pour arriver au mouillage de l’île Guana. Le lendemain, nous avons retrouvé 6Gone (nos voisins isséens) avec qui nous avons partagé repas, balade et farniente sur la petite île déserte de Sandy Spit et Little Jost Van Dyke. En début de semaine, nous sommes allés faire un saut à l’île de Jost Van Dyke et son fameux bar, le Foxy, célèbre repère festif du coin.

Avant de continuer vers l’est du côté de St Martin, nous avons eu envie de repasser du côté US VI pour profiter une dernière fois de la magnifique île de St John. Au programme belle petite rando pour se dégourdir les pattes, puis retour à Maho beach, nid à tortue. Nous y avons à nouveau retrouvé 6gone. A peine arrivés, les enfants avaient disparu avec leurs copains…

Le lendemain, nous avons eu la surprise de voir arriver Artémis, le bateau copain que nous avions rencontré à Bayahibé en République Dominicaine, accompagné d’un cata de canadiens. Nous avons fait quasiment la même route depuis 2 mois avec une dizaine de jours d’écart. Retrouvailles très sympas tant pour les adultes que pour les enfants. Le soir nous nous sommes organisés un ptit barbeuc sur la plage, les pieds dans l’eau avec les 8 parents et 11 enfants.

Séb, captain d’Artémis, expert en à peu près tout sur un bateau, et pécheur émérite, a profité d’une ptite visite à bord pour retoucher, ajuster et mettre à jour notre matériel de pêche, qui, il faut bien l’avouer n’a pas servi à grand-chose depuis un temps certain… Les très nombreux hérissons d’algues que nous prenons et qui finissent par nous lasser, les petites navigations que nous faisons depuis maintenant plusieurs semaines, et le fait d’être dans un parc naturel où la pêche est interdite, expliquent et/ou excusent (!) notre faible productivité !

Depuis 2 jours, on a un peu le sentiment que les enfants ont pris le pouvoir ! Ils ont privatisé le canal 8 de la VHF, annexé les annexes (!) pour passer d’un bateau à l’autre, prennent leurs repas à droite ou à gauche et découchent très facilement … La vie à la cool comme on l’aime !! Il est assez amusant de les entendre parler de guindeau, GV, dessal, palan, AIS, pilote ou ancre qui chasse…avec naturel et facilité, comme si cela faisait partie de leur environnement depuis toujours.

Les enfants, comme les parents, s’adaptent très bien à leur nouveau mode de vie… !

 

 

 

 

Le monde n’est pas bien grand…

Samedi matin, nous avons « fait The Baths » ! Ce lieu est un peu comme les Tobago Cays aux Grenadines, un passage obligé et emblématique des BVI, celui dont on retrouve les photos sur toutes les pubs de la région et au-delà…

Nous nous sommes donc présentés de bon matin pour devancer les flots de touristes quotidiens. Nous avons pris une bouée puis rejoint la plage à la nage et en paddle, l’accostage en annexe étant interdit. Les Baths se visitent à terre, en bordure de mer. Il s’agit d’un ensemble de gros blocs de granit au milieu desquels on se balade. C’est ambiance Fontainebleau avec des blocs de quelques mètres de haut présentant de jolis grattons et autres bacs ne demandant qu’à être grimpés. Comme à « Bleau », le sable et les arbres sont présents. La principale différence entre les 2 sites est qu’ici la mer ne s’est pas retirée ! Nous nous sommes faufilés tranquillement entre ces cailloux imposants et avons fini notre parcours au moment où les premiers touristes arrivaient.

C’est souvent un spectacle que d’observer nos congénères : en général lorsqu’ils sont à l’eau ils sont supportés par une bonne frite et/ou un gilet de sauvetage prêt à être gonflé (sécurité quand tu nous tiens !), une casquette ou un bob vissé sur la tête et quand ils ont pieds, 9 fois sur 10 ils ont une canette dans la main…. Les chorégraphies aquatiques sont souvent pleines de grâce ! Il est amusant de voir passer notre petite Camille à côté avec son masque et ses palmes qui donne l’impression d’être … nettement plus libre !

Après notre petite visite, nous sommes remontés au nord de Virgin Gorda où nous avons mouillé. Après une petite sortie nocturne samedi soir, nous avions constaté en rentrant au bateau qu’un cata était venu se mettre non loin de nous un peu en retrait. Le lendemain au petit déj, nous avons aperçu un pavillon français à l’arrière de ce bateau qui était par ailleurs habité par plusieurs enfants…

Quelques temps plus tard, alors que les enfants allaient se mettre au boulot, nous avons vu se diriger vers nous une annexe avec 3 ptits moussaillons âgés de 4 à 11 ans. Arrivés à notre hauteur, l’ainé nous a lancé : « Bonjour, on voudrait savoir si Martin peut venir jouer avec nous…. » Effet de surprise total garanti !!

Les 3 petits moussaillons qui sont en fait 4, sont d’anciens voisins Isséens que nous ne connaissions pas mais dont l’ainé fréquente le même collège que Martin.  Ils se sont croisés dans un certain nombre de fêtes d’anniversaires de copains. Nous avions entendu parlé de leur grand et long projet, mais nous étions bien loin de nous imaginer que nous les retrouverions ainsi. Nous avons donc passé une journée très sympa avec apéro chez les uns suivi d’un barbeuc chez les autres… A la fin de la journée, les enfants ont rapidement organisé leurs découchages ! Camille a été très fière de réaliser sa première « soirée pyjama » sur un bateau ! Nous devrions nous recroiser dans les prochains jours…

En début de semaine, nous avons ensuite mis le cap sur Anegada, petite île dite « excentrée » c’est-à-dire située à 11 miles au nord, soit une grosse heure de navigation ! Principales caractéristiques : elle culmine à … 10m, possède d’immenses étangs et de très belles plages de sable blanc… désertes. Nous avons fait de belles balades les pieds dans l’eau…

Cette semaine a également marqué la fin des cours du CNED, les enfants sont donc officiellement en vacances. Que ceux qui se demandent quelle est la différence aillent leur demander… 😊

Norman, Peter, Salt, Cooper… Bienvenue aux BVI !

Nous avions initialement prévu de basculer des USVI aux British Virgin Islands (BVI) en fin de semaine dernière mais nous sommes finalement restés 2 jours de plus à St John que nous avons vraiment appréciée. Quel pied de pouvoir avoir une telle liberté de mouvement et de temps ! C’est vraiment un luxe que nous apprécions à sa juste valeur. Nous en avons donc profité pour faire quelques séances de snorkeling supplémentaires et « kiffer !» un peu plus les magnifiques plages de St John.

Mardi matin, nous avons parcouru environ 3 miles pour arriver au sud-ouest de l’île de Tortola où nous avons fait notre entrée aux BVI. Retour dans le pénible processus de clearance qui m’a pris près d’une matinée et délesté de quelques centaines de dollars en droits de navigation, entrée dans le parc et autres taxes… Une fois libérés et en règle, nous avons mis le cap sur Norman Island, petite île au sud de Tortola. Aux BVI, le business des bouées payantes est plus développé et plus cher qu’aux USVI, et en plus, le prix de ces bouées va directement dans la poche de restau/hôtels, contrairement aux USVI, où les fonds servent au développement du parc… C’est donc un peu énervant de voir autant d’espaces privatisés, mais heureusement en cherchant un peu, il est encore possible de jeter l’ancre dans des endroits paisibles.

A Peter Island par exemple, nous avons trouvé un mouillage désert en face d’une plage privée d’un hôtel situé environ 150m plus haut, donc un peu loin pour les touristes… Nous avons profité, sans abuser (!), des confortables canapés installés sous des petites cahuttes en bord de plage.

Pendant que Martin lâchait les chevaux pour finaliser le CNED avant le 15 juin, ses 2 sœurs se sont improvisées éboueuses. Munies du paddle elles ont fait la navette pour aller déposer nos ordures dans les poubelles de l’hôtel.

L’organisation du parc des BVI fait un peu penser à Disney Land (où je ne suis jamais allé !). Il y a un certain nombre de spots attractifs autour desquels sont aménagées des bouées et sur lesquelles les plaisanciers peuvent s’amarrer dans la limite théorique de 90mn. Il y a parfois un peu la queue et une certaine compétition pour être le premier sur la bouée, mais globalement les « attractions » tournent plutôt bien. Nous nous sommes donc prêtés au jeu et avons palmé aux «Indians» où nous avons pu passer sous un petit tunnel de corail, puis nous avons snorké dans des petites grottes.  Nous nous sommes ensuite rendus sur un site où gisait par environ 5 à 15m de fond une épave datant de 1870.

Après avoir passé une nuit à Norman Island et 2 nuits à Peter Island, nous sommes allés à Cooper réputée pour … ses burgers maison (merci Stéphane et Anne pour l’info) ! Nous n’avons pas été déçu…

Nous y avons croisé la route d’une ptite famille française ayant tout vendu pour vivre au long cours avec leurs 2 filles de 8 et 9 ans pendant les 6 prochaines années… Ils nous ont expliqué les principes du chartering (location de bateau à la cabine)… Business model intéressant qui invite à réfléchir…. !